AGENCE CONSEIL EN COMMUNICATION ET INFLUENCE - RELATIONS PUBLIQUES - RELATIONS PRESSE - AFFAIRES PUBLIQUES

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS

Résultats de l’enquête ORKYN’/Harris Interactive « Les Français et les prestations de santé à domicile »

1er décembre 2016 – Malades chroniques, personnes en situation de handicap ou dépendantes : un million et demi de personnes bénéficient en France des services fournis par les prestataires de santé à domicile (PSAD), qui constituent un maillon essentiel de la chaîne de soins.

En perspective de la 6e semaine de la santé à domicile, qui se tient du 12 au 18 décembre, ORKYN’, acteur référent de la prestation de santé à domicile en France depuis plus de 30 ans, dévoile les résultats de son enquête ORKYN’/Harris Interactive « Les Français et les prestations de santé à domicile »  et apporte quelques réponses avec son nouveau site orkyn.fr. Si le rôle des PSAD représente un enjeu majeur de l’évolution du système de santé, les Français connaissent-ils vraiment les prestations de santé à domicile ? Quelle image ont-ils des PSAD ? Attentifs à leur santé, aspirant dans leur immense majorité à être pris en charge chez eux plutôt qu’à l’hôpital ou en collectivité, savent-ils pour autant ce que recouvrent concrètement les prestations de santé à domicile ?

Mesurant le degré de connaissances de nos concitoyens, l’enquête d’opinion ORKYN’/Harris interactive souligne un grand besoin d’information. S’ils en ont l’image positive d’un service utile, les prestations de santé à domicile sont, pour les trois quarts des Français, noyées dans un grand flou où se mélangent confusément les soins infirmiers à domicile, l’aide ménagère ou le soutien psychologique. Afin de clarifier l’activité des PSAD, ORKYN’ lance le 1er décembre son nouveau site orkyn.fr en proposant notamment les témoignages croisés de patients, médecins et collaborateurs.

Huit Français sur dix se déclarent mal informés sur les prestations de santé à domicile.

En 2050, on estime qu’une personne sur trois aura plus de 60 ans. L’allongement de la durée de vie, l’augmentation des maladies chroniques et la perte d’autonomie d’une population vieillissante sont un défi auquel notre système de santé doit répondre. Les progrès de la médecine et de la technologie répondent mieux aux souhaits des Français de vivre avec leur maladie à domicile. Pour les y aider, les accompagner, les PSAD assurent un suivi personnalisé de leur traitement à domicile, qui s’appuie sur un dispositif médical, et fournissent les équipements nécessaires au maintien à domicile. Les PSAD permettent ainsi à ces patients d’être traités chez eux et assurent la bonne coordination avec les autres professionnels de santé.

Une aide, un soin, un service ? Les Français ne savent pas bien ce que sont les PSAD

Si des notions viennent à l’esprit des sondés à propos des PSAD, ce sera plus fréquemment celles d’infirmier, d’un service « pratique », qui permet d’éviter l’hospitalisation, essentiellement destinées aux personnes âgés et/ou dépendantes. Dans une liste de domaines et maladies, lesquelles concernent effectivement les PSAD, les réponses confirment la confusion : 88% pensent, à tort, que cela comprend les soins infirmiers à domicile. Les trois quarts, que cela recouvre les services à la personne, comme l’aide ménagère ou la livraison de repas. Signe de l’étendue du manque d’information sur le sujet : 68% pensent que les prestations de santé à domicile comprennent également « la prise de sang » à domicile, l’assistance sociale (65%) et l’accompagnement psychologique (61%), et même, pour plus d’un Français sur deux, la vaccination !

Certains domaines en revanche sont bien identifiés : 86% estiment que le matériel de maintien à domicile (lits médicalisés, déambulateurs, aménagements de salle de bain) sont bien de la compétence des PSAD. Environ 70% pensent, à raison, que les prestations de santé à domicile concernent le traitement de l’insuffisance respiratoire ou le traitement de la maladie de Parkinson. Ils répondent aussi par l’affirmative sur les « traitements par perfusion » (69%), mais moins de la moitié cite le traitement de l’apnée du sommeil comme entrant dans le champ d’intervention des PSAD. Les patients apnéiques représentent pourtant la grande majorité des personnes faisant appel aux PSAD (45% en France).

Les Français ont une perception positive des PSAD et ont conscience de leur rôle charnière dans le système de soin

Après définition et explications, 82% des personnes interrogées estiment que les PSAD sont un véritable acteur de santé et qu’ils représentent une évolution non seulement utile mais importante pour le système de santé. Pour près de neuf Français sur dix, les PSAD contribuent à la qualité de vie des patients, permettant leur accompagnement et facilitant leur traitement à domicile (86%), leur offrant du confort (85%). Les trois quarts des sondés soulignent que les prestations des PSAD favorisent l’autonomie du patient, répondant ainsi non seulement aux attentes de ce dernier, mais aussi de son entourage et des aidants. Si les prestations sont en adéquation avec leurs attentes, elles correspondent aussi aux évolutions du système de soins vers plus d’ambulatoire, où le domicile sera de plus en plus une étape du parcours de soin des patients, favorisant notamment les sorties rapides d’hospitalisations et limitant les ré-hospitalisations pour complication ou aggravation de la maladie.

Un Français sur deux dit vouloir en savoir plus, pour pallier le manque d’information et une vision parfois erronée du rôle des PSAD…

Huit Français sur 10 déclarent ne pas être assez informés de ce que sont et font les PSAD, notamment les catégories socioprofessionnelles supérieures. Dans le même temps, le code de la santé demande au patient de choisir son prestataire de santé à domicile. 50% des sondés souhaitent disposer d’informations générales et pratiques, pour faciliter le quotidien d’un traitement à domicile. Un quart des répondants se dit également intéressé par le témoignage de patients qui en bénéficient. Ces attentes sont d’autant plus élevées que l’on se déclare en mauvaise santé (61%) ou que l’on a franchi le cap des 50 ans (54%).