AGENCE CONSEIL EN COMMUNICATION ET INFLUENCE - RELATIONS PUBLIQUES - RELATIONS PRESSE - AFFAIRES PUBLIQUES

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS

Apnée du sommeil chez l’enfant : un fléau pourtant évitable

11 novembre 2018 – Le syndrome d’apnées hypoapnées obstructives du sommeil peut avoir de graves conséquences chez l’enfant. Il est pourtant évitable.

La Fédération Française d’Orthodontie dans sa dernière recommandation de bonne pratique « Place de l’orthodontie dans le dépistage et le traitement du syndrome d’apnées hypoapnées obstructives du sommeil (SAHOS) chez l’enfant », établit le rôle capital de l’orthodontiste dans le diagnostic et la stratégie thérapeutique globale (16 recommandations faites).

« Qu’est-ce qu’une apnée du sommeil ? »

Le Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) est caractérisé par la répétition d’épisodes de pauses respiratoires, qui sont dues à des occlusions pharyngées complètes mais temporaires. Plus le nombre de pauses est élevé, plus la sévérité est grande.

Le diagnostic est établi grâce à un examen polygraphique nocturne qui définit les caractéristiques et la sévérité de la maladie.

SAOS : des conséquences à ne pas négliger chez les jeunes

Contrairement aux idées reçues, le syndrome d’apnées obstructives du sommeil n’est pas réservé qu’aux adultes.

L’apnée du sommeil chez l’enfant est un trouble respiratoire fréquent dont la prévalence est estimée entre 1,2 et 5,7% (à titre d’exemple, cela représente entre 10 000 à 47 000 enfants âgés de 6 ans), mais elle est probablement sous-estimée. Les conséquences ne sont pas négligeables chez les jeunes patients, qui présentent des symptômes pouvant affecter une croissance harmonieuse. En effet, un enfant qui n’a pas un sommeil réparateur a souvent des difficultés à se lever le matin. Il peut être agité, hyperactif, présenter un manque d’attention à l’école, qui peut aller jusqu’à une baisse des résultats scolaires. On peut souvent retrouver certains troubles associés : l’énurésie ainsi qu’une cassure de la courbe de poids et/ou de croissance. La prévalence du SAOS augmente aussi avec l’obésité (estimée chez l’enfant obèse entre 19% et 61%). La perte de poids réduit la sévérité du SAOS.

En l’absence de traitement, le SAOS peut entraîner des complications médicales sévères.
Comme chez l’adulte, des conséquences graves pour la santé sont également retrouvées chez l’enfant : troubles métaboliques (obésité, perte de sensibilité à l’insuline, dyslipidémie, syndrome métabolique) et cardiaques (hypertension artérielle, dysfonction endothéliale, anomalies ventriculaires de taille/fonction, élévation de la pression artérielle pulmonaire).

Lire la suite du dossier de presse